L'histoire du Béarn

COUCOU Le Béarn (en gascon béarnais : Bearn [beˈar] ou Biarn ['bjar]), situé au nord-ouest des Pyrénées, est un ancien État souverain puis une ancienne province française à la suite de son rattachement au royaume de France en 1620. Depuis 1790, le Béarn fait partie du département des Pyrénées-Atlantiques et depuis 2016 de la région Nouvelle-Aquitaine. La ville de Pau est sa capitale depuis 1464, le béarnais a été remplacé par le français comme langue officielle à la Révolution, tandis que sa monnaie officielle est l’euro. La devise du Béarn est en latin, elle signifie « Grâce à Dieu je suis ce que je suis », son drapeau est constitué de deux vaches béarnaises rouges, aux cornes bleues et sur fond d'or. L'hymne de facto est Si canti.

L'histoire béarnaise est millénaire. Le peuple des Venarni peuple la région de Beneharnum (sa première capitale) à l’époque romaine. Son organisation politique débute au IXe siècle avec l'éclatement féodal du duché de Gascogne et la création de la vicomté de Béarn. Les régions d'Oloron en 1050, Montaner en 1085 et Orthez en 1194 permettent progressivement au Béarn primitif de s'agrandir pour former le Béarn historique. Dès le XIe siècle, le Béarn dispose d'une autonomie importante et construit une souveraineté totale avec la figure de Gaston Fébus. Celui-ci affirme, en 1347, la neutralité du Béarn dans la guerre de Cent Ans qui oppose les royaumes d’Angleterre et de France. Ce petit État parvient à garder sa souveraineté pendant plusieurs siècles aux côtés de ses puissants voisins français, espagnols et anglais. Le Béarn est alors organisé autour de ses ancestraux fors, de ses États de Béarn, de sa langue béarnaise ou encore de sa monnaie marquée des deux vaquetas.


CPUCOU

En 1479, François Fébus permet au Béarn de récupérer la couronne de Navarre. La plupart de ce territoire est néanmoins occupé par le royaume d'Espagne dès 1512, le Béarn garde alors uniquement le contrôle de la Basse-Navarre. À la suite d'un improbable hasard dynastique, le souverain béarnais Henri de Navarre accède au trône de France en 1589 sous le titre d'Henri IV. Il devient alors le premier roi de France et de Navarre. Attachés à leurs fors et coutumes, les Béarnais restent malgré tout indépendants du royaume de France après cet épisode. Il faut attendre le 20 octobre 1620 pour voir Louis XIII mener une expédition militaire en Béarn pour son annexion officielle. À partir de cette date, le Béarn perd sa souveraineté mais conserve une large autonomie en tant que province française avec la constitution d'un Parlement, le maintien de ses fors ainsi que du béarnais comme langue officielle.
Avec la Révolution française, le Béarn perd ses derniers signes d'autonomie. La création du département des Basses-Pyrénées en 1790 permet au Béarn historique de s'agrandir au nord par l'ajout d'une vingtaine de communes d'origine gasconne, cet ensemble forme depuis le Béarn moderne. Il constitue désormais la partie orientale du département (renommé Pyrénées-Atlantiques), qu'il partage au côté de son voisin basque. Il est traversé en diagonale par les gaves de Pau et d'Oloron, dont les vallées parallèles constituent la partie la plus peuplée du pays.
Depuis toujours particulièrement marquée par l'activité agricole, l'économie béarnaise s'est également tournée vers l'industrie aéronautique et les géosciences avec la découverte majeure du gisement de gaz de Lacq en 1951. Sa capitale, Pau, représente un pôle central pour le secteur tertiaire et les services administratifs, judiciaires ou encore universitaires du Béarn mais aussi de l'ensemble du bassin de l'Adour. Les vallées béarnaises d'Ossau, d'Aspe et de Barétous sont elles marquées par l'impact du pyrénéisme, du tourisme vert ainsi que de la pratique du ski. En 2013, le Béarn comptait 365 393 habitants répartis sur 4 672 km².